Buffet Grignotages et apéritifs Pays, régions Provence Salé Thèmes Veggie

buffet apéritif

buffet apéritif

Pour l’apéritif, outre noix de cajou, amandes, cacahuètes (l’Homme en est dingue !! lol), pistaches vertes, graines de tournesol, chips, bref les classiques …

Nous avions également de belles tomates cerises, des gressins et des crackers à tremper dans de l’houmous de fèves, de la tapenade et de belles olives vertes au coulis faites par ma maman et que j’adore (les olives, ma mère aussi mais là je parle des olives !).

Tapenade

300g olives noires dénoyautées

5 filets d’anchois env

1cs de câpres

1 bouchon de jus de citron

et de l’huile 2-3cs afin d’avoir un beau liant quand on mixe.

Mixer plus ou moins finement selon votre envie.

Houmous de fèves

500g de fèves crues décortiquées

2-3cs tahine

1 jus de citron

piment espelettes, sel

huile d’olive

Mixer

buffet apéritif

Olives vertes au coulis de Chaton

Faire revenir 1 oignon hâché très fin et ajouter une boîte de concentré de tomate de 140g.

Tourner jusqu’à ce que le coulis devienne plus foncé, ajouter alors des olives vertes dénoyautées rincées (1 bocal ou 2) et du thym, poivre et ail semoule.

Tourner 10 min env jusqu’à ce que les olives soient bien enrobées et les trous bouchés !

Petite histoire des olives vertes au coulis :

mes grands parents nous invitaient tous (mes parents, ma marraine et tous les petits enfants) tous les ans pour l’armistice dans un restaurant « L’hôtel de Paris » à Seyon dans le var (arrière pays), il y avait là tous les copains de mes grands parents et tous les anciens combattants du coin dans une grande salle un peu démodée. Nous étions à peu près les seuls de moins de 40 ans !

Tous les ans, le même menu était servi : charcuterie en entrée servie avec ces fameuses olives (une toute petite assiette qui partait bien vite), une viande et en dessert, omelette norvégienne.

Bref, au fil des ans, ces olives sont devenus notre plat préféré de ce menu !

A l’époque, j’étais envoyée en mission chaque année afin de soudoyer la serveuse pour en avoir un peu plus…je l’appelais « Mademoiselle » et flatée, elle m’en donnait encore (j’avais moins de 15 ans !).

Puis, un ami de Papy est décédé et nous n’y sommes plus retournés, puis, l’hôtel de Paris a fermé.

Nous avions encore le souvenir de ces fameuses olives, quand tout de go, ma mère décida qu’elle allait en faire, et pof, elle trouva tout de suite le bon mélange, les bons dosages, les bons épices…depuis, elle nous en refait souvent, et ça nous rappelle ce doux temps où ce repas me parraissait si long …..

8 Commentaires

Laisser un commentaire