La laponie suédoise en automne Skellefteå

J’ai eu le plaisir et la grande joie il y a quelques jours d’être conviée à un voyage de presse en Laponie suédoise. Ce voyage était prévu sur 4 jours sur place et ces jours ont été très sincèrement fantastiques ! Si ça vous tente, je vais vous raconter par le menu -ou presque- cette escapade automnale.

 

La campagne à Svedjan ost Laponie suédoise

 

Après avoir consulté ma cop’s Valérie (celle qui fait de super sacs), nous avons décidé qu’un post par jour passé sur place serait bien. Pas trop long à lire, pas trop lassant et pas non plus, 12 articles consacrés à la Laponie suédoise en automne !

 

Tout d’abord, en préambule, je dois dire que je suis charmée par La Laponie suédoise, par les paysages bien sûr qui, en automne, sont superbes. Tous ces bouleaux qui commencent à changer de couleur et à se parer de jaune, c’est un beau contraste avec le vert vif de l’herbe au sol et le vert plus foncé des épicéas. Par certains côtés, les paysages peuvent faire penser à certains paysages des Alpes du Sud, sans les dénivelés et les montagnes.

 

C’était la deuxième fois que j’avais le plaisir d’y retourner, la dernière fois, j’y suis allée 3 jours pour faire les photographies culinaires de l’ouverture de la Veranda, la table gastronomique du chef Alexander Meier, du Icehotel. C’était aux alentours du 13 décembre l’an passé, le jour le plus court de l’année, et il est vraiment court, croyez-moi sur parole (2 heures à peine de très légère clarté, sans que jamais le soleil n’apparaisse, puisqu’il est en dessous de l’horizon (en tout cas, c’est l’impression que ça donne)). Il faisait très froid bien sûr (-14°C/ -20°C, mais pas le plus froid possible (ie -40°C). La couche de neige était assez impressionnante et la couche de glace sur la rivière, le Torne (large comme un fleuve), était de 1 mètre environ. …

 

Mais là, c’était un tableau bien différent avec des températures allant de 9 à 17°C, deux jours de pluie fine et deux jours de beau temps, l’automne quoi ! 

 

Les bois en Laponie suédoise

 

Je vous disais donc que j’étais séduite par la Laponie suédoise grâce également aux gens que nous avons pu rencontrer qui se sont montrés charmants (bon, c’était un voyage de presse donc, difficile de nous faire la gueule…), vraiment charmants. Ayant envie d’expliquer leurs styles de vie, leurs traditions, curieux de nous aussi, souriants, chaleureux et très accueillants.

 

Et en plus, the cherry on the cake était que la nourriture est super bonne ! On a très très bien mangé (trop sans doute), tout le temps, dans des styles totalement différents : des restaurants gastronomiques, mais aussi des bistrots, des tables d’hôtes dans des fermes, des restaurants de lieux touristiques, ….

 

Salle du Bryggargatan Bistrot à Skelleftea Suède

Bryggargatan

 

 

Ce que je retiens également, c’est la fierté qu’ont ces gens à mettre en valeur leurs traditions et les produits locaux et sauvages.

La pêche et la chasse font partie intégrante de leur mode de vie, quelque-soit l’âge et la viande d’élan ou de renne, de « palombe » (pas sûre du nom) est mangée quasi quotidiennement. Pour la pêche, saumons bien sûr, ombles chevaliers, truite, ablettes, …

Ils tirent encore leur nourriture de ce que leur procure la terre autour d’eux (pas dans les villes bien sûr), ie, 3 mois pour faire pousser tout ce qui veut bien pousser là-haut : choux, carottes,betteraves, fenouils, aneth, concombres, pommes de terre (la base), mais aussi des céréales (orge de 90 jours, sarrasin)….et récolter le tout avant les premières gelées qui doivent arriver en ce moment pour les conserver pour l’hiver : conserves, surgélation, pickles, fermentation, saumure, sel, fumé, …

 

myrtilles sauvages en Laponie suédoise

 

Ils récoltent aussi tout ce qui pousse dans la forêt, à savoir, des quantités astronomiques de baies. On trouve des forêts dont le sol est recouvert de myrtilles, airelles, camarine noire(dont je n’ai jamais entendu parler auparavant). On trouve également des plaquebières ou mûres arctiques qui ressemblent à des framboises jaunes et que j’aime beaucoup, et puis, les framboises arctiques qui ressemblent également à des framboises mais plus pâles et avec moins de drupéoles et qui sont des baies très recherchées, très longues à ramasser (à cause des épines et à cause d’une petite partie du fruit qu’il faut retirer à la pince à épiler). Les argouses (baies jaunes, Sea Buckthorn en anglais) sont super acides mais très prisées, le sorbier des oiseaux (une fois que le gel est passé dessus, ou bien cuit en confiture … attention, il est un peu toxique cru). Les champignons sont aussi très prisés notamment les chanterelles en cette saison (j’ai pu les goûter poêlées avec un peu de tome râpée dessus, et en pickle sucré-salé). Les pommes suédoises (plus ou moins sauvages) font partie de la récolte automnale.

J’ai trouvé ce site en anglais qui référence toutes les baies arctiques.

 

Bouquet sur une table au Bryggargatan

 

Ouh là, je ne comptais pas écrire un si long préambule, mais vous voyez, je suis sous le charme et j’ai plein de choses à raconter !

 

Je dois aussi dire que la nourriture peut être très salée (et c’est quelqu’un qui sale déjà pas mal qui vous le dit), c’est pas partout, pas dans tous les plats mais ça reste en filigrane, n’en soyez pas étonné.

 

Par ailleurs, Anna, qui est la RP pour la Laponie suédoise, avait demandé si on présentait des intolérances alimentaires…. un peu soulagée qu’elle demande, je me suis dénoncée (!!). Et à ma très très grande surprise, ce n’est pas un problème en Suède (pas plus que ça ne l’est en Italie d’ailleurs), dans chaque restaurant où nous sommes allés, soit les plats étaient naturellement sans gluten, soit, les hôtes confirmaient auprès de moi que j’étais bien la personne qui ne pouvait pas en consommer et partout, j’ai eu un petit sac de pain (et pas une corbeille où tous les pains sont mélangés ou ont été posés auparavant…) et un pot de beurre qui m’était réservé (afin que le beurre ne soit pas garni de miettes du pain classique)… et les pains ont été super bons.

Il y a eu des remplacements pour chaque plat qui devait l’être… les gaufres et les crackers ont été préparées sans gluten, des petites pommes de terre au lieu de pancakes sous le « caviar » de Kålix, …. Pas une fois, on m’a demandé si je pouvais manger…. des noix (oui, ça ne contient pas de gluten)…. ou du sésame (cf réponse précédente) … mis un gressin dans la salade quand même…. Bref, j’ai beaucoup apprécié de ne pas ressentir de gêne à cause cette intolérance comme c’est souvent le cas dans les restaurants en France (« encore une emm..d…se qui veut faire un « régime » à la mode »…). Parenthèse refermée mais il me semblait important de le signaler pour ceux et celles que ça peut intéresser.

 

 

Après un vol qui s’est très bien passé (Nice-Stockholm direct (c’est bien mieux que de passer par l’Allemagne ou l’Autriche), puis Stockholm-Skellefteå (ça se prononce cheleftéo!), direction le restaurant qui jouxte une brasserie artisanale dans la ville de Skellefteå, Bryggargatan.

Une jolie déco, entre moderne et ancien, des lumières tamisées (voire très tamisées… il semble que ce soit une généralité dans les restaurants en Laponie suédoise, les lumières sont très très tamisées). Et un menu dégustation de 10 plats nous attendait ! 10 petites portions bien sûr, mais tout de même.

L’art de valoriser les produits locaux.

 

 

Le deuxième amuse-bouche (je n’ai pas pris le premier en photo, c’était une truite fumée, panais, concombre et aneth) était une petite gaufre (la mienne était délicieuse et super beurrée) à l’aneth (beaucoup d’aneth… mais j’adore ça, je pense que je vais prendre l’habitude d’en utiliser plus souvent), crème aigre et « caviar » de Kalix appelé vendance roe ou roe from Kalix, le premier produit en Suède à avoir eu une « I.G.P. » et à être présent sur la table du prix Nobel).

 

Gaufres à l'aneth, crème aigre et Kalix roe

 

 

Omble chevalier cuit au beurre, pickle de concombre et une sauce au beurre (!!),aneth et oeufs de poisson…le nom de cette sauce est Sandefjords …un délice…. pas léger léger mais un délice !

 

omble chevalier frit, sauce aneth et oeufs de truite

 

 

Le plat avec ce qui est resté de la sauce Sandefjords… que j’aurais bien saucée avec mon pain (sans gluten !) ! On peut y voir les oeufs de poisson dedans, c’est une super idée … à refaire !

 

sauce aux oeufs de poisson et à l'aneth

 

 

Carottes glacées à l’orange et carottes frites, chèvre frais :

(oui, je sais… la bouteille est au milieu…)

Carottes glacées à l'orange et chèvre frais

 

 

 

Canard sauvage, salades de crudités, airelles fermentée et mayonnaise fumée :

 

Canard sauvage, crudités et mayonnaise fumée

 

 

Risotto crémeux de champignons, pickles de chanterelles, salade d’herbes :

 

Risotto de champignons, chanterelles en pickles

 

 

Renne rôti, chou rouge et céleri braisés, sauce aux champignons :

(c’est délicieux le renne, un peu comme un filet de boeuf, la chair est fine, une saveur peu giboyeuse mais présente… oui, je sais j’aurai pas de cadeau à Noël !…)

 

Roastbeef de renne, chou rouge et céleri braisé

 

 

Pour les desserts, pomme infusée à la vanille, sorbet à la pomme verte et craquant de sarrasin à la cannelle et à la cardamome :

 

pomme à la vanille, sorbet pomme et sarrasin

 

 

Comme une framboise arctique, glace à la framboise arctique, flocons d’avoine rôtis, crème et meringue française :

 

Meringue et coulis de framboise arctique

 

 

Et mon préféré, pourtant l’énoncé est étrange : ganache à la tome de Svedjan ost, coulis de cassis, noisettes :

(Svedjan ost est une ferme que nous sommes allés découvrir le lendemain)

 

Ganache au fromage, crème de cassis et noisette

 

 

 

Voilà pour ce premier post, j’espère que vous n’en avez pas déjà marre ! A très vite pour la suite !

Vanessa

 

La laponie suédoise en automne Skellefteå

2018-09-26T15:09:27+00:00 25 septembre 2018|

A propos de l'auteur:

Je suis entrée dans la vie professionnelle par l'hôtellerie, j'ai travaillé dans des maisons familialles, puis je suis entrée au Ritz à Paris à la réception. J'ai été, à l'époque, la première femme à travailler à la réception de ce magnifique palace parisien. Lauréate du Trophée David Campbell, j'ai été promue Chef de Brigade. Puis, je suis allée au George V (racheté par Four Seasons) pour la pré-ouverture et l'ouverture de ce palace. J'y suis restée 2 ans au poste d'assistant de Direction à la Réception et d'Adjointe au Chef de Réception. J'ai ensuite quitté Paris pour me rapprocher de ma famille et j'ai accepté un poste de Chef de Réception chez Pierre et Vacances dans le Lubéron (600 appartements, 1 hôtel, des mas et bastides). Après la naissance de mes filles, je me suis laissée aller à mes deux passions, la photo et la cuisine. Puis, les choses ont évolué et sont devenues plus professionnelles, et je suis dorénavant photographe, auteur et styliste culinaire. Je tiens ce blog de cuisine qui présente plus de 1000 recettes, je travaille avec divers sites internet et magazines, des sociétés de l'agroalimentaire, des restaurateurs, j'ai eu le plaisir d'écrire 4 livres et je donne quelquefois des cours de cuisine avec un maximum de produits bio et locaux issus de l'agriculture raisonnée. N'hésitez pas à me contacter, je serai ravie de travailler avec vous !

2 Commentaires

  1. ManueB 27 septembre 2018 à 7 h 26 min ␣- Répondre

    magnifique voyage !!!!!!

    manue 🙂

Laisser un commentaire