Eté Menus à thème, prêts la veille Pays, régions Provence Salé Sans gluten salé Soupes, Veloutés Thèmes Veggie

La soupe au pistou de Baga

DSC_5064

 

 

 

J’ai longtemps hésité à mettre cette recette ici tant c’est une recette familiale, et tant c‘est personnel une recette familiale !

J’ai d’autant plus hésité que les recettes de soupe au pistou, chacun a la sienne (la meilleure !) et peu supporte la critique!!…

 

Mais bon, cet été, lors d’un atelier de cours de cuisine sur le thème Provence toujours, nous avons préparé les faux beignets de fleurs de courgette de ma grand-mère, le crespeou de Baga, lou Saussoun d’Isa, le pain de pois chiche.. et une soupe au pistou !

 

Car c’est tellement provençal, c’est tellement typique de l’été, c’est tellement traditionnel ! 

C’est l’été en Provence, sous la treille, le soir venu, les dernières cigales chantent encore un peu, il commence à faire un peu plus frais, les mères disent « Couvre toi, tu n’as pas froid ? » en boucle aux enfants, le vin frais est servi, et les hommes disent « bon, alors, on la mange cette soupe au pistou ?! ».

C’est un peu la bouillabaisse du jardinier !

 

Bon, pour le cours, nous avons prévu une grosse assiette creuse par légume…ça fait un gros volume de soupe, il est vrai mais la soupe au pistou se réchauffe très bien, elle est même meilleure le lendemain…

Alors ne plaignez pas les quantités !

Baga (et sa maman auparavant) est très tatillonne quant à la découpe des légumes pour la soupe au pistou, les légumes se taillent en brunoise de 5-7mm max, et tous, aucune exception ne peut être tolérée !

 

Du coup, le jour du cours, tout le monde a expérimenté la découpe de la brunoise !

 

Les légumes se mettent en volume égal, c’est à dire, que si vous choisissez de faire un bol, il y aura un bol de chaque légume.

Laver et parer tous les légumes, puis installez vous confortablement, prenez un très bon couteau, placez bien vos doigts pour ne pas vous couper et c’est parti !

 

Pour une grosse cocotte de soupe, 

1 assiette de carottes découpées en brunoise

1 assiette de pommes de terre découpées en brunoise

1 assiette de haricots verts découpés en tronçons de la taille de la brunoise

1 assiette d’oignons (attention le yeux !) découpés en brunoise

1 assiette de courgettes découpées en brunoise

 

C’est tout !

 

Remplir une cocotte ou un faitout avec de l’eau (3/4 ou moitié), saler.

Allumer le feu sous la cocotte et verser les carottes, couvrir et laisser frémir.

Ajouter ensuite les pommes de terre, puis 5 minutes après, les oignons, puis les haricots et en dernier les courgettes.

Couvrir et laisser cuire à petite ébullition pendant encore 5-10 minutes.

Ajouter une poignée de spaghetti coupés en quatre à la main (facultatif pour les intolérants au gluten).

Pendant ce temps, rincer le contenu d’une  boîte de haricots blancs et une d’une boîte de haricots rouges (vous pouvez naturellement les avoir fait tremper et cuire la veille) et les ajouter également.

 

Laver les feuilles de 2 ou 3 bottes de basilic (ne pas le plaindre, c’est lui la star), les mettre dans le bol d’un robot (oui, je sais à la main et au pilon, c’est mieux, mais je n’ai pas de pilon assez grand pour ça, donc, je fais avec ce que j’ai), ajouter 2 gousses d’ail frais et épluché (à mon sens ça suffit, mais vous pourrez toujours en rajouter …surtout, si vous ne vous entendez pas avec votre collègue de bureau…va pas s’en remettre !), saler et ajouter un demi verre d’huile.

Mixer, ouvrir et rabattre les feuilles collées sur le rebord, ajouter un gros filet d’huile et remixer.

Continuer cela jusqu’à ce que le pistou ait la consistance d’une tapenade.
Verser dans la cocotte et récupérer une louche de bouillon pour bien rincer le bol du robot et renverser le tout dans la cocotte.

Couvrir et laisser ainsi, feu éteint jusqu’au moment du souper, car ce sera bien là, un souper. La soupe au pistou se mange seule, ce n’est pas une entrée, il n’y a pas de viande après, c’est le repas entier.

 

Le pistou doit infuser dans la soupe afin que tous les ingrédients soient imprégnés, il ne faut pas le rajouter juste avant de servir, ça n’a pas la même saveur.

Goûter afin d’ajuster le sel.

 

La soupe se sert chaude, voire tiède, et contrairement aux apparences, la manger en été rafraîchit (un peu comme le thé à la menthe en Afrique).

 

Vous pourrez rajouter  du parmesan dans votre bol de soupe, ou bien de la mimolette vieille, le rouge (c’est le surnom du fromage…).

 

Et puis, je précise que Baga ne met pas de parmesan dans le pistou, pour deux raisons : 

1/ c’est un pistou et non pas un pesto italien et les deux recettes sont bien différentes

2/ le fromage a tendance à descendre dans le fond de la cocotte et se coller, puis brûler.

 

Elle ne met pas non plus de pignons, pour la même raison que le 1/ du dessus.

 

Elle ne met pas de tomate, car la tomate va faire tourner la soupe plus vite et celle-ci ne se conservera pas plus de 24h.

 

Et à tous ceux qui voudraient rajouter de la viande, du truc, du bidule et du chouette, je dis NON !

 

 

La soupe au pistou de Baga, c’est celle-là, elle est unique et c’est …la meilleure !!!

 

 

Et si d’aventures, vous m’avez trouvé un peu intégriste dans mes propos, c’est normal, mais ça va pas durer, tout va bien… 

 

 

DSC_5012DSC_5066

 

 

La phrase du jour : 

 

« Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. »

Antoine de Saint Exupéry

5 Commentaires

  • Je n’ai jamais osé publier la mienne (ou plutôt celle de ma grand-mère) pour les mêmes raisons que toi. Mais tu as bien fait de la mettre sur ton blog! A chacun sa recette, la mienne est différente mais je suis aussi maniaque que Baga pour ce qui est de la découpe des légumes. Qui sait peut-être qu’un jour je vais me décider à la publier aussi au moins pour que ma descendance puisse perpétuer la tradition ;o))
    Bisous
    MIE

  • oui, c’est bien ça, mais je ne me souviens pas que les légumes devaient être taillés aussi petits ? Le ton de tes messages est très rigolo, bravo ! Bizzzzz

  • La soupe au pistou, un délice. Je fais celle de ma maman qui arrive droit de chez ma grand-mère. Différente de la tienne sur les ingrédients mais pas sur la manière de découper les légumes.
    Mais au final Nos soupes sont délicieuses et font partie de notre patrimoine gustatif régional à transmettre à nos filles.
    Bises

Laisser un commentaire