Apéritifs Boissons

Ti punch d’Avignon

J’ai imaginé ce Ti punch pour la maison Manguin qui est située tout près d’Avignon, sur l’Ile de la Barthelasse…. c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il s’appelle le Ti punch d’Avignon comme un clin d’oeil au Pont d’Avignon, le pont Saint Bénézet !

Ce cocktail est fait à partir d’un assemblage d’alcools, le Caraxès, que j’apprécie énormément.

C’est un mélange de rhum vieux et d’alcool de poire.

Je trouve l’assemblage parfait au niveau des saveurs où aucune ne domine et où on peut sentir les deux alcools. Les deux se complètent parfaitement, je trouve que c’est un accord génial !

 

Ti punch d'Avignon

 

 

Je pourrais vous parler de soirées en famille où nous avons un peu forcé le pas (dirais-je) et où personne n’a eu le moindre mal de tête le lendemain, mais bon…. et comme dirait ma copine, C. : « Le Cognac était bon, j’ai pas eu mal à la tête le lendemain ! » suivi d’un : « il t’en reste ?…. » !

 

Pour un verre de Ti punch d’Avignon, il vous faudra : 

 

Ti punch d'Avignon

Ti punch d'Avignon

Type de plat: Boissons
Cuisine: antillaise
Temps de préparation: 1 minute
Temps de cuisson: 0 minutes
Portions: 1 personne
Une recette de Ti punch revisitée grâce au Caraxès, cet assemblage de vieux rhum et d'eau de vie de poire
Imprimer la recette Epingler

Ustensiles

  • Un verre

Ingrédients

  • 4 cl Caraxès
  • 1 zeste de citron vert avec très peu de pulpe comme en Martinique dixit François
  • 1 trait sirop de sucre de canne roux ou pas comme en Martinique…

Instructions

  • Ecraser dans le fond d'un verre le zeste de citron avec une cuillère, ajouter (ou non) un trait de sirop de sucre de canne roux, puis le Caraxès. 
  • Cheers ! 
Vous avez testé cette recette?Mentionnez @vanessa_romano_photographe ou tagguez là #vanessacuisine sur Instagram!

 

Simple et efficace et qui met bien en valeur le Caraxès de chez Manguin.

Ou alors, le Caraxès Tonic ou le Mojito au Caraxès

 

 

 

La phrase du jour : 

« On n’attend pas l’avenir comme on attend un train.

L’avenir, on le fait. »

Georges Bernanos

1 Commentaire

Laisser un commentaire